Tous les articles par Mounir

Numérique et interactif – le nouvel outil pour les aides financières de regiosuisse

L’aperçu des aides financières, document très apprécié des milieux intéressés, a été transformé en un outil numérique ces derniers mois. Les organes responsables de projets potentiels disposent désormais d’une vue d’ensemble plus claire et plus détaillée des programmes d’encouragement pour le développement régional. 

Pour accéder à l’outil cliquez ici

Continuer la lecture de Numérique et interactif – le nouvel outil pour les aides financières de regiosuisse

L’art de la construction des murs en pierres sèches inscrit au patrimoine immatériel de l’UNESCO

Le comité de l’UNESCO a inscrit l’art de la construction des murs en pierres sèches à son patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Une reconnaissance que le Valais compte bien mettre en avant pour valoriser le travail de nos vignerons.

Pour le Valais, qui recèle plus de 3000 kilomètres de murs en pierres sèches, cette décision consacre l’engagement de l’Etat qui soutient depuis quelques années plusieurs restaurations, notamment les murs de Bovernier, Martigny, Martigny-Combe, Fully, Vétroz, Sion, ou encore Visperterminen et Rarogne. «Ça montre que nous allons dans la bonne direction avec tous nos projets de sauvegarde», se réjouit Laurent Maret. Le chef de l’Office des améliorations structurelles relève aussi le rôle de l’Ecole cantonale d’agriculture qui a déjà mis sur pied une formation modulaire pour la construction des murs en pierres sèches dès 2004.

En 2001 déjà, SEREC avait réalisé pour le Canton du Valais une étude de faisabilité intitulée Sauvegarde des murs en pierres sèches et du vignoble en terrasses valaisan.  Et le bureau du Dr. Jean Pralong + Ass. SA Bureau d’ingénieurs civils avait publié en parallèle une étude technique intitulée : Les murs en pierres sèches.

Anne-Do Zufferey, directrice du Musée du vin du Valais, à l’origine de l’ouvrage «Murs de pierres, murs de vignes», avait réuni en 2012 une douzaine de coauteurs pour se pencher sur ce patrimoine en péril. Pour elle, «c’est une reconnaissance d’une technique traditionnelle qui date de plusieurs millénaires et qui s’est transmise de manière empirique. Un procédé qui a d’ailleurs failli disparaître dans les années septante où l’on a privilégié l’usage du béton. Heureusement, on s’est vite rendu compte des bénéfices de ce type de construction et l’Etat du Valais a contribué à leur sauvegarde.»

Du côté de l’Interprofession de la Vigne et du Vin, on compte bien utiliser cette inscription pour mettre en avant ce patrimoine exceptionnel. «Car ces murs sont aussi le symbole du courage et de la ténacité de nos vignerons», explique son directeur Gérard-Philippe Mabillard.

A lire aussi: Coup de cœur pour nos murs à sec!

La candidature transnationale rassemblait neuf gouvernements, à savoir Chypre, la Grèce, la France, l’Italie, l’Espagne, la Croatie, la Slovénie, la Bulgarie et la Suisse.

Source : Le Nouvelliste, 29.11.2018

CIVITAC, plate-forme communautaire pour les collectivités territoriales, les organisations de la société civile et les citoyens du Burkina Faso

Civitac est une plate-forme régionalisée et communautaire dédiée aux collectivités territoriales, aux organisations de la société civile, ainsi qu’aux citoyens.

Pour accéder à la plate-forme : https://civitac.org/

Soutenue notamment par la Coopération suisse dans le cadre du programme de décentralisation et participation citoyenne, DEPAC, Civitac est une initiative du Laboratoire Citoyennetés en collaboration avec plusieurs collectivités territoriales et des organisations locales de la société civile. La création de Civitac repose sur plusieurs constats caractéristiques de la gouvernance locale au Burkina Faso :

  • l’accessibilité limitée aux documents de travail des collectivités territoriales ;
  • la difficile conservation des documents ;
  • l’absence de synergie et la faible mutualisation entre collectivités territoriales et OSC ;
  • la faible valorisation des expériences du local dans les processus nationaux de décision ;

Face à de tels défis, Civitac entend ainsi être :

  • un outil de transparence dans la gouvernance des collectivités territoriales et des organisations locales de la société civile ;
  • un outil de suivi des politiques publiques locales et d’aide à la coordination des actions ;
  • enfin, un outil de capitalisation et de valorisation des expériences du local.
  • La vision qui sous-tend la création de Civitac est que la gouvernance étant avant tout une régulation des rapports entre citoyens et Etat, c’est d’abord dans les espaces de vie (quartier, villages, communes) que cette régulation doit s’apprendre et se construire afin d’en imposer de manière plus systématique à l’Etat dans sa globalité. Le pari de Civitac est ainsi de pouvoir adresser les dynamiques d’en bas, celles qui passent parfois inaperçues aux yeux des grands décideurs, celles qui font rarement la une des grands médias… et qui pourtant constituent le reflet le plus significatif de notre vivre-ensemble.

Comment les régions peuvent-elles valoriser leur potentiel ?

Comme l’attestent la nouvelle politique régionale de la Confédération et la constitution de parcs naturels régionaux,
le développement des régions est en Suisse un pilier central de la politique. Mais comment fonctionnent vraiment les processus de développement régional ? Comment pourraient-ils être mieux soutenus ? La présente publication , tirée du travail de doctorat de Yasmine Willi analyse des modèles actuels et propose une série de recommandations pratiques.

Du rôle fondamental des animateurs ruraux

Les animateurs ruraux ont un rôle fondamental à jouer dans le développement local. Comme le dit Arouna Compaoré, assistant technique dans la Région de Tillabéry au Niger « Je suis devenu une banque de données pour la zone ! ».

En effet, étant au centre des flux d’informations entre tous les acteurs des territoires, publics et privés, les animateurs ruraux sont des acteurs de changement indispensables grâce à leur maîtrise des processus de développement. Ils sont des conseillers de grande valeur pour les élus et les administrations des collectivités territoriales.

En 1985, Paul Sauvain de SEREC a présenté le sujet lors d’une rencontre des régions. Cette  réflexion inspirante encore aujourd’hui peut être consultée en cliquant ici : Role des Animateurs dans les Régions de Montagne_Exposé Paul Sauvain_1985.01.17

24 Millions pour le programme d’impulsion – « Technologies de fabrication »

News d’Innosuisse :

Dans le cadre du plan d’action lancé par le Conseil fédéral, 24 millions de francs ont été engagés pour le programme d’impulsion « Technologies de fabrication ». Mené par Innosuisse, ce programme d’impulsion s’adresse à des consortiums d’entreprises et de laboratoires désireux de développer des projets d’innovation dans les domaines de l’industrie 4.0 et des technologies de fabrication modernes s’appuyant sur des technologies digitales.

 Ce programme sera lancé le 27 novembre 2018. Une journée d’information est prévue le 4 décembre à Microcity, Neuchâtel.

 Vous trouverez les informations détaillées de ce programme sur le site web d’Innosuisse.

 L’équipe d’Alliance est à votre disposition pour vous aider à trouver des partenaires et monter un projet dans le cadre de cette initiative. N’hésitez pas à nous écrire (alliance@alliance-tt.ch) si vous avez des questions.

Coopération au développement : Il faut aider les misérables à devenir pauvres !

En début d’année 2018, SEREC a capitalisé l’expérience du grenier de conservation  Tilgr Baoré et ses effets sur la filière de l’oignon et sur l’égalité des genres (voir références ci-dessous). « Petit », l’inventeur du grenier insistait sur sa vision : « Il faut aider les misérables à devenir pauvres! »

Et lors du dernier TEDx de Martigny …. surprise! – Alexandre Moulin a dit exactement la même chose (dès la minute 1:48) … coïncidence ou vision d’avenir ? – Pour voir la vidéo : cliquez ici

Tilgr Baoré :
Brochure de capitalisation
Film de capitalisation

Le Parlement européen a adopté une nouvelle résolution sur les besoins spécifiques des zones de montagne

A la demande de l’intergroupe RUMRA (Régions rurales, montagneuses et éloignées) qu’Euromontana soutient officiellement, le Parlement européen a adopté le 3 octobre 2018 une résolution sur les besoins spécifiques des zones rurales, de montagne et isolées.

La proposition demande une coordination des politiques européennes pour assurer le développement des territoires ruraux afin de relever les défis économiques, environnementaux et sociaux auxquels sont confrontées toutes les régions d’Europe et les zones rurales en particulier. Pour favoriser la cohésion et prévenir le risque de fragmentation territoriale à l’avenir, la proposition suggère la mise en place d’un pacte des villages intelligents, en vue d’assurer une approche plus efficace, intégrée et coordonnée des politiques communautaires ayant un impact sur les zones rurales.

Pour en savoir plus : cliquer ici